8. mai 2022 Blog

Women in SaaS – Anna de
Leadfeeder

Anna de Leadfeeder

D’une carrière de footballeuse prometteuse à la rédaction d’articles pour d’innombrables entreprises SaaS, cette femme a fait ses preuves des millions de fois. Ainsi, quel que soit le « boys club » dans lequel elle se retrouvera, sa voix ne passera plus jamais inaperçue.

Après avoir reçu un coup de pouce inattendu du destin, Anna est tombée amoureuse de l’idée de rédiger du contenu axé sur les données. Cela a finalement débouché sur un poste de responsable bien mérité dans une entreprise B2B de lead tracking – un poste idéal pour une femme aussi tenace.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre poste et l’entreprise pour laquelle vous travaillez ?

Bonjour, je suis Anna Crowe, responsable du contenu et du référencement chez Leadfeeder depuis 1 an et demi.

Qu’est-ce qui vous a inspiré ou conduit à investir le domaine du SaaS/le monde des startups technologiques ?

En 2013, j’ai lancé ma première campagne de link-building pour Marriott et Hilton en Australie. Je rédigeais des articles pour leurs PDG sur des blogs invités, en tant que ghost writer. Au bout d’un an environ, j’ai réalisé que j’aimais vraiment écrire, et j’ai donc accepté un autre contrat de rédaction indépendante pour le Search Engine Journal.

anna de leadfeeder

Après 2 mois consacrés à l’écriture pour le Search Engine Journal, j’ai reçu des demandes de sociétés SaaS comme Moz, Kissmetrics, Shopify, BigCommerce, Freshdesk, Neil Patel, Crazy Egg, Kinsta, WordStream, Acquisio, AdEspresso… la liste est longue. Entre autres, car la plupart des entreprises qui travaillent dans le secteur du B2B ou du SaaS ont déjà bénéficié de mes services.

Je suis vraiment tombée amoureuse de l’idée d’écrire du contenu basé sur des données. C’était une façon intéressante de transformer un sujet ennuyeux en un élément de contenu vraiment engageant et stimulant.

Avez-vous fait des études dans le domaine de la technologie ? Pensez-vous qu’il est important d’avoir une formation technologique pour obtenir un emploi dans une startup technologique ?

Oh, j’aurais aimé étudier la technologie à l’université. Cependant, je suis allée à l’université grâce à une bourse de football, donc, honnêtement, je n’étais pas très attachée à mes études à l’époque.

Après une blessure mettant fin à ma carrière, un de mes professeurs m’a fait découvrir la publicité.

C’était tellement fascinant et créatif, mais aussi intense, rapide et exigeant beaucoup de courage.

J’ai senti que je pouvais transférer ma passion et ma détermination du terrain de football à une campagne publicitaire. En dernière année, j’ai travaillé sur un projet de fin d’études pour Carrabba’s Italian Grill. Après avoir remporté cette campagne, j’ai reçu une offre d’emploi de la même entreprise. Au même moment, mon professeur m’a présenté un exécutif de HBO qui cherchait à lancer son propre blog destiné aux futures mamans. Je l’ai aidée à créer, gérer et commercialiser son site web et sa chaîne YouTube. Cela m’a conduit à ma première conférence, BlogHer.

Photo de moi ( au centre) à Pubcon Las Vegas.

Quel a été le plus grand défi pour vous en intégrant le domaine de la technologie et comment avez-vous réussi à le surmonter ?

Le plus grand défi a été de m’informer sur le secteur. Lorsque vous rédigez des articles sur la technologie, vous devez connaître le produit dans ses moindres détails, tout en comprenant les difficultés rencontrées par les clients.

En repensant à votre parcours et à la façon dont vous êtes arrivée là où vous êtes aujourd’hui, y a-t-il quelque chose que vous changeriez si vous le pouviez ?

Je me serais battu pour plus d’argent plus tôt dans ma carrière. En tant que femme dans l’espace technologique, j’ai été sous-utilisée et extrêmement sous-payée pour mes performances.

Quand j’ai commencé, je facturais 0,3 $ par mot pour 40 000 mots par mois. Aujourd’hui, je peux demander 1000 $ pour un article. J’aurais aimé connaître ma valeur plus tôt.

Quel conseil donneriez-vous à un étudiant de première année ?

Ne jamais cesser d’apprendre et devenir un expert dans une niche. Vous n’avez pas besoin de tout savoir pour obtenir un emploi.

J’ai eu la chance d’être impliquée dans le domaine du SEO au début de ma carrière. Savoir comment le référencement et le contenu fonctionnent ensemble est vraiment l’avenir du SEO. C’est un atout crucial à maîtriser.

Quel type d’impact ressentez-vous en travaillant dans un secteur/environnement à prédominance masculine ?

La majorité des entreprises avec lesquelles j’ai travaillé avaient toutes un « boys club ». Ma voix, mon opinion, mes idées n’avaient pas d’importance si elles n’étaient pas présentées par un homme. On m’a refusé des promotions et des augmentations de salaire à plusieurs reprises.

Mais j’ai continué à me battre et à fournir un travail de qualité. Vous devez laisser votre travail et les données parler pour elles-mêmes.

Une photo de moi faisant du vélo autour du siège de Google dans la Silicon Valley, en Californie.

Avez-vous rencontré des obstacles liés à l’inégalité entre les sexes ? Avez-vous été en mesure de les surmonter ?

Je constate des obstacles tous les jours à ce sujet. Honnêtement, je ne suis pas sûre de savoir comment les surmonter. Mais je garde la tête basse et continue à produire un travail de qualité dans l’espoir que mon travail parle de lui-même… un jour.

Seuls 3 % des femmes déclarent qu’une carrière dans les technologies est leur premier choix. Pourquoi pensez-vous que travailler dans une startup technologique ou SaaS est un bon choix de carrière ?

Je pense que les startups en général sont formidables pour y travailler, surtout si vous êtes en début de carrière. Vous avez la liberté et la flexibilité de choisir votre voie, de créer vos propres stratégies, etc.

Le SaaS, c’est vraiment l’avenir. À mesure que l’IA et l’apprentissage automatique continuent de progresser, nos vies vont s’adapter. Les produits que nous utilisons vont changer. Travailler dans le domaine du SaaS offre un tout petit peu de confort en sachant que vous serez soit racheté, soit en possession d’une entreprise pendant longtemps.

Selon vous, en quoi le fait d’avoir davantage de collègues féminines dans une entreprise technologique constitue-t-il une valeur ajoutée ?

Je pense que, quel que soit le sexe, c’est formidable de donner envie aux gens d’en savoir plus sur la technologie. C’est notre avenir. Plus les gens comprendront le fonctionnement de la technologie, mieux le monde se portera dans son ensemble.

Les femmes sont sous-représentées dans les entreprises technologiques, mais si elles sont plus nombreuses, les jeunes candidates seront peut-être plus nombreuses.

Comment les collaborateurs masculins peuvent-ils aider leurs collègues de sexe féminin à se développer sur le plan professionnel ? Et avez-vous une expérience directe de ce comportement positif ?

Nous devons commencer par repenser la place des femmes sur le lieu de travail. L’état d’esprit traditionnel doit s’adapter. Cela commence déjà à se produire dans différentes entreprises. On voit des entreprises comme Buffer donner un congé de paternité aux hommes. Slack propose des politiques de travail flexible.

Mais, il faut d’abord que les collègues hommes perdent ce faux sentiment de progrès. De nombreux hommes ne considèrent pas cela comme un problème sur le lieu de travail. Ensuite, nous devons communiquer de manière équitable, en donnant à chacun la possibilité de s’exprimer.

Avez-vous une recommandation pour des livres/blogs/podcasts/femmes ou organisations inspirantes ?

Il y a une formidable communauté de femmes spécialisées dans le SEO sur Slack et sur les réseaux sociaux.

Les groupes Facebook sont également d’excellentes ressources – je fais partie du Freelancing Femalesgroup et du Freelancing Creative : Women in the Works group.

Et j’adore les podcasts BeingBoss !

Les employés des startups sont généralement très occupés. Comment gérez-vous votre équilibre entre vie professionnelle et vie privée ? Avez-vous le temps de réaliser des projets ou des passions ?

L’équilibre entre le travail et la vie privée a toujours été une lutte pour moi. Quand je travaille à la maison, je deviens un bourreau de travail. Cependant, j’ai décidé d’entraîner des filles au football qui ont entre 8 et 10 ans, ce qui m’oblige à sortir de la maison. Je suis également toujours pigiste pour le Search Engine Journal. C’est un projet passionnant pour moi, qui me permet de rester au courant des dernières tendances.

Au cas où vous l’auriez râtée, voici une autre histoire

Illustration ebooks

Women in SaaS initiative

Saviez-vous que seuls 3 % des femmes déclarent qu’une carrière dans les technologies est leur premier choix et que seuls 5 % des postes de direction dans les technologies sont occupés par une femme ? Avec notre nouvelle initiative – les interviews de Women in SaaS, nous voulons inciter davantage de femmes à rejoindre le domaine de la technologie et du SaaS et combattre les préjugés liés à la technologie.

Toutes les deux semaines, vous découvrirez des entretiens avec des femmes inspirantes qui ont choisi de faire carrière dans le secteur du SaaS. Dans notre prochain article, nous nous entretiendrons avec Johanna Boellmann de Capmo.

CloudTalk